Maïko le chat qui (re)venait de loin …

8 août 2016

Depuis que je fais de la communication animale, je partage au quotidien des histoires aussi touchantes les unes que les autres, celle-ci en fait partie, et c’est pour des belles histoires comme celle-là que j’adore mon métier passion et que je suis heureuse de venir en aide aux animaux et leurs gardiens.

Maiko est un magnifique chaton aujourd’hui qui a eu beaucoup de chance, car il vient et revient de loin…c’est peu dire ! Il est issu d’un sauvetage en Guadeloupe et a débarqué en France grâce à l’association C comme Chat dans le Gard.

J’ai été en contact avec lui la première fois pour lui faire un soin énergétique, suite à la demande de Yael Saucerotte présidente de l’association.

Nous collaborons souvent ensemble pour apporter de l’aide et mieux comprendre ses petits protégés issus de sauvetages, avec des communications et/ou des soins.

Lorsque Yael m’a contactée, c’était pour un chaton de 3 mois nommé Sherkan, qui était dans un état critique : il se laissait mourir, mangeait peu et avait une diarrhée qui perdurait depuis plusieurs jours. Il était frêle et amaigri, et « couinait » quand les copains voulaient jouer avec lui.

 J’ai procédé à des soins énergétiques à distance qui lui ont permis de remanger et de stopper la diarrhée.

Je lui ai également fait une communication pour comprendre pourquoi il était dans cet état.

Verdict : il avait mal au ventre parce qu’il avait peur. Peur d’être abandonné (ne dit-on pas « la peur au ventre »?) Il était paniqué et ne savait pas ce qu’il faisait là. Je lui ai donc expliqué qu’il était là le temps d’aller mieux et qu’on lui trouve une famille qui saura l’aimer.

Yael voulait savoir également s’il aimait son nom, et il m’a spontanément donné le nom de Maïko.

Du coup il a été rebaptisé ainsi.

Il arrive que les animaux n’aiment pas le nom qu’on leur a donné. Cela arrive soit parce que c’est un nom commun associé à quelque chose qu’ils n’aiment pas ou ne leur correspond pas (par ex. bandit ou voyou), soit parce que cela ne résonne pas en eux.

Lorsque j’ai effectué un bilan énergétique, le pauvre loulou avait le chakra du cœur complètement fermé: il était dans l’incapacité de s’ouvrir aux autres, de donner et de recevoir de l’amour, d’être en paix et d’avoir confiance.

Il m’a fallu beaucoup de temps pour le rétablir, et même si je me doutais qu’il avait dû souffir puisqu’il était issu d’un sauvetage, j’ai pensé à ce moment là que ce petit bout avait dû vivre quelque chose de terrible pour que son chakra du cœur soit dans cet état.

Yael ne m’avait rien dit sur son histoire, et j’ai pour habitude de ne pas demander trop d’informations pour ne pas être influencée dans mes communications.

Lorsque j’en ai parlé avec elle, très émue, elle s’est mise à pleurer, et m’a expliqué que ce petit bout avait vécu enfermé dans un carton depuis sa naissance jusqu’à ses 2 mois ! (au moment du sauvetage). Waouh !

Peu après cette communication et les soins, Maïko va mieux, il s’ouvre et réclame de l’attention. Physiquement, malgré la teigne et le coryza, il va mieux. Yael m’a fait part du fait qu’il était soudain devenu très proche d’elle, à la recherche de câlins et de caresses, ce qu’il ne faisait jamais avant.

Quelques temps plus tard, il semblait aller mieux et était presque prêt pour l’adoption.

Yael lui avait trouvé la famille parfaite. Oui mais… parfaite pour qui ? Comment savoir si ce que nous décidons pour eux (selon nos critères) leur convient vraiment ? Même si nous pensons bien faire, parfois ils voient les choses différemment. Ce fut le cas avec Maïko.

Lorsque des adoptants sont venus le voir, Maïko, devenu très sociable, les fuit. Il esquive même les caresses. Quelques jours plus tard, son poil redevient terne, puis il recommence à rester dans son coin.

Yael me rappelle et je refais une communication avec Maïko, qui recommençait à avoir la diarrhée.

Il me dit qu’il a encore le « ventre qui gargouille », et lorsque je lui apprends qu’il va être adopté, il réagit immédiatement en me disant « oh non ! Je ne veux pas partir ! »

Je lui explique que c’est pour son bien et qu’il va être heureux, mais il insiste en m’expliquant qu’il souhaite rester avec Yael. Il me dit de demander à Yael de le garder, et ne veut pas entendre parler de la nouvelle famille !

Et là je m’aperçois qu’il veut rester pour elle : « elle a besoin de moi, je ne peux pas la laisser ».

Il avait mal au ventre car il avait déjà compris ce qui se passait, il savait que Yael cherchait à le placer dans une famille et cela l’angoissait.

Lorsque j’ai eu Yael au téléphone, elle me dit à un moment dans la conversation qu’elle est angoissée et a mal au ventre….(!) 

Le petit Maïko avait ressenti son angoisse et surtout compris qu’ils allaient être séparés !

Il s’avère qu’aucun des deux ne voulait être séparé de l’autre.

Maïko a ressenti aussi que Yael avait besoin de lui, comme lui avait besoin d’elle. Manifestement ils se complétaient.

J’ai refait une autre communication avec lui pour lui réexpliquer la situation et être sûre que c’était bien ce qu’il voulait. Il me redit qu’il a peur d’être abandonné (adopté signifie pour lui un nouveau changement qu’il associe à un abandon de la part de Yael).

Je lui réexplique qu’il ne sera pas abandonné, que l’on peut faire un essai sur quelques jours et qu’il pourra revenir s’il n’est pas bien. Je lui dit que sa nouvelle famille l’aime déjà et l’attend. Il ne veut rien entendre, c’est un refus catégorique. Il aime Yael et veut rester près d’elle, il a besoin d’elle et elle a besoin de lui.

A la demande de Maïko, et après mûre réflexion, Yael a donc annulé l’adoption, même si elle avait peur de faire une erreur… son but étant de le placer pour qu’il soit heureux.

Mais comment pourrait-elle lui imposer de partir alors qu’elle a eu la chance de pouvoir lui demander son avis et qu’il refuse? Compte tenu de son passé, cela valait-il la peine de prendre le risque qu’il se laisse mourir à nouveau ?

Yael m’a expliqué qu’après avoir annulé l’adoption de Maïko, des adoptants sont venus lui rendre visite pour un autre chat, et Maiko s’est mis à cracher et à souffler… il pensait qu’ils venaient pour lui et que Yael n’avait pas respecté son engagement.

Lorsque Yael lui a confirmé qu’elle le gardait et que ces gens ne venaient pas pour lui, tout est rentré dans l’ordre ! Et Yael m’a confirmé que son poil était redevenu doux et soyeux ! Elle n’en revenait pas !

Il s’avère que Maiko a adopté Yael comme étant sa famille, et même s’il savait qu’il pouvait vivre ailleurs avec une autre famille, il ne le souhaitait pas. Pourquoi ? Parce qu’il y a un lien très fort qui les unit, et aussi un effet miroir entre Yael et lui : il a besoin d’elle autant qu’elle avait besoin de lui, sans oser se l’avouer. Lorsque Yael était angoissée et avait mal au ventre, lui aussi. Il absorbait toutes ses émotions et comprenait tout ce qui se passait (les animaux captent nos intentions).

Il l’avait choisie et il est certainement là pour une raison précise.

Ce sont toujours eux qui nous choissisent et pas l’inverse comme on pourrait le croire.

Quelques mois plus tard, Maïko a bien grandi et est devenu un magnifique chaton, aux côtés de Yael qui a pris si bien soin de lui et lui voue un amour infini, se sentant si proche de lui. Elle reconnaît même qu’elle avait effectivement besoin de lui…

C’est une magnifique histoire qui nous montre à quel point ce qui nous paraît « juste » et bien, ne l’est pas forcément pour eux… Eux seuls savent auprès de qui ils veulent vivre. C’est le cœur qui s’exprime au-delà de la raison… Ce sont toujours eux qui nous choisissent, pour des raisons dont nous n’avons pas toujours conscience.

Bien sûr il ne faut pas non plus généraliser en pensant que tous les chats en famille d’accueil souhaitent y rester… chaque cas est unique !

Je vous souhaite une belle et longue vie ensemble! Et un énorme merci pour le travail qu’effectue chaque jour Yael et l’association « C comme chat » dans le Gard pour venir en aide aux chats des rues et aux chats abandonnés. Merci également à toutes les familles d’accueil qui ont la générosité de leur offrir un foyer aimant en attendant leur vraie famille (enfin… s’ils le veulent bien!).

Si vous aussi vous souhaitez sauver une vie et adopter un de ses protégés, n’hésitez pas à visiter sa page :

https://www.facebook.com/Association-C-Comme-Chat-609435272425546/?fref=ts

Et voici une vidéo de lui, le changement est époustouflant !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply