Browsing Category

Non classé

Séminaires découverte de la communication animale nouvelles dates !

5 avril 2017

Le printemps est là ! Alors profitons-en !

La nouveauté du printemps :

Deux séminaires de découverte de la communication animale en plein air

et un tarif spécial pour fêter les beaux jours !

Durant deux jours dans un cadre buccolique, en communion avec la nature, vous apprendrez à vous reconnecter à votre intution et à accéder à l’univers des animaux pour enfin les entendre.

Vous aimeriez savoir ce que pense votre animal, ce qu’il essaie de vous dire, pourquoi il se comporte de telle ou telle façon, ou simplement apprendre les bases pour communiquer avec lui et lui transmettre des messages ?

Ce séminaire découverte vous donnera les bases pour ouvrir votre canal intuitif et apprendre à communiquer avec les animaux.

Venez vivre cette expérience incroyable! vous allez découvrir que les animaux ont des pensées et des émotions, et vous ne les verrez plus de la même façon !

Déroulement des séminaires :

Dates : les 23 et 24 avril 2017, 18 et 19 mai 2017 (sous réserve bien sûr de bonnes conditions météo)

Lieu : Tholonet (commune d’Aix en Provence)

Horaires : de 9h30 à 17h30.

Prévoir un pique nique pour la pause déjeuner.

Programme :

Présentation de la communication animale

Ce que perçoivent les animaux, leur rôle dans notre vie

Développer son intuition

Le protocole de connexion avec les animaux

Exercices pratiques de communication (sur photo)

Pensez à amener :

– De quoi noter (de préférence un cahier)

– Un coussin ou tapis de sol (ou petit tabouret si vous avez mal au dos par exemple)

– Les photos de vos loulous

– Votre pique nique

– Et votre bonne humeur 😉

Tenue décontractée recommandée.

Tarif spécial : 180 € au lieu de 220.

Inscriptions :

connexionanimale@gmail.com

Attention ! Places limitées à 8 personnes maximum.

J’ai hâte de vous rencontrer !

Animalement vôtre

Khadija

Nouvelle formule de stages et ateliers !

27 février 2017

Me revoilà ! Il est vrai que je n’ai pas publié de nouvelles dates de stages depuis quelques temps, mais je ne vous oublie pas ! et j’ai quelque chose de nouveau pour vous !

Lors de mes derniers stages, j’ai opté pour une formule que j’aime beaucoup, car je la trouve plus conviviale et pratique pour ceux qui sont loin d’Aix en Provence :

J’anime des stages et ateliers à domicile.

Si vous souhaitez vous initier à la communication animale ou participer à un atelier « maux et mots d’animaux », je me déplacerai chez vous ! Pour cela, il suffit juste de former un groupe d’un minimum de 5 personnes. (maximum 8 personnes pour un apprentissage approfondi).

Cela vous permet de participer au stage dans une ambiance chaleureuse et conviviale, vous n’aurez pas à vous déplacer jusqu’à Aix, et surtout vous serez entouré(e) de personnes que vous connaissez ! Un groupe d’amies ou de connaissances qui aiment les animaux comme vous.

Il est très important -et j’y tiens énormément- que toutes les personnes qui s’inscrivent le fassent d’elles-mêmes parce qu’elles souhaitent apprendre la communication animale (ou participer à l’atelier) et ne viennent pas uniquement « par curiosité » ou pour accompagner quelqu’un.

Cette formule plus flexible, vous permet également de choisir les dates qui vous conviennent à vous et votre groupe (à condition bien sûr que je sois disponible aussi 😉

Si cette formule vous intéresse, merci de me contacter par mail à contact@communication-animale.com

Dès qu’une personne qui souhaite accueillir un stage chez elle se manifeste, je publierai un post sur ma page facebook pour que des personnes du même secteur puissent se joindre au groupe (s’il reste des places 😉 )

Une fois que vous aurez suffisamment de participants de votre côté, il faudra me donner la liste des personnes intéressées ainsi que leur email ou leur demander de me contacter, afin que je puisse leur envoyer la fiche d’inscription.

La personne chez qui le stage se déroulera doit pouvoir disposer d’ une table et/ou d’un salon suffisamment spacieux et au calme (surtout pour la pratique qui demande beaucoup de concentration).

A l’arrivée des beaux jours, il pourra être agréable aussi de faire cela dans un jardin ou sur une terrasse 😉

Enfin, la personne qui reçoit chez elle, bénéficiera d’une communication ou un soin offert 😉

Je peux pour le moment me déplacer dans un rayon de 100 km maxi d’Aix en Provence, que ce soit dans la région PACA ou Languedoc Roussillon.

Je tiens aussi à préciser que lors des stages, nous ne communiquons pas en direct avec les animaux (car c’est difficile lorsqu’on débute), donc nous ne pourrons faire des communication en direct sur les animaux présents, mais sur photo ce sera possible et plus facile pour vous 😉

Vous trouverez à la rubrique ateliers et conférences les descriptifs des ateliers et des stages.

Les ateliers ont lieu sur une après midi et sont au tarif de 50 € par personne, et les stages se déroulent sur deux jours, au tarif de 220 € par personne.

Au plaisir de venir à votre rencontre !

Animalement vôtre,

Khadija

Lorsque nos animaux nous mettent en garde

9 décembre 2016

« Les animaux sont les anges de cette Terre ». Proverbe Péruvien.

On dit que nous sommes leurs « gardiens » et pourtant bien souvent ce sont eux qui veillent sur nous !

En communication animale, il m’arrive toutes sortes d’expériences aussi touchantes, originales, incroyables les unes que les autres.

Je voulais partager avec vous celle-ci aujourd’hui, car les animaux, conscients de tout ce qui passe, captent des choses dont nous sommes loin de nous douter !

Par exemple, ils savent aisement que vous allez prochainement partir en voyage ou vous absenter, et parfois ils préssentent même ce qui va se passer.

Lorsque j’ai fait une communication pour Célia, qui avait fait appel à moi à plusieurs reprises, j’ai eu lors d’une communication quelque chose de préoccupant:

Son chat au cours de la communication me dit qu’elle ne devait pas partir en voyage, la prévenant d’un danger… « Je ne veux pas qu’elle parte en voyage, trop dangereux ».

Lorsque j’en ai parlé à Célia, elle était surprise car évidemment elle ne m’avait pas parlé du fait qu’elle préparait un voyage… Et deuxième surprise : pourquoi un avertissement ?

N’ayant pu avoir plus de détails, je lui ai dit de garder cela dans un coin de sa tête et comme il est difficile d’annuler un voyage lointain comme celui-ci, une fois sur place d’être plus prudente que d’habitude et de se fier à son intuition si une situation se présente et qu’elle ne « la sent pas ». Une femme avertie en vaut deux ! Comme on dit !

Presque deux mois plus tard, elle me demande une communication pour un autre de ses chats cette fois, pour le prévenir de son départ en voyage et le rassurer.

Le temps ayant passé, j’avais même, j’avoue, oublié l’avertissement dans la précedente communication avec son autre chat.

Et là, même mise en garde de la part du chat : « prends garde à toi pendant le voyage » . Tiens ? ça me dit quelque chose ! Je relis mes notes de la communication avec le précédent chat et je m’aperçois, que non je n’avais pas rêvé, j’avais déjà eu ce message auparavant, de la part d’un autre loulou.

Là ça commençait à devenir inquiétant et surtout convainquant, (pour les plus sceptiques), car si on pouvait douter la première fois de la fiabilité des informations reçues, une deuxième fois aurait tout même été une sacrée coincidence !

Et je ne crois pas aux coincidences.

De plus, par expérience, je sais que je peux me fier à 100 % à ce que je reçois, mais personne n’étant parfait, il peut parfois y avoir des ratés !

Apparemment les deux chats avait le même ressenti, la même connaissance de quelque chose qui risquait d’arriver si elle partait en voyage…

Malheureusement je n’ai pas pu avoir plus d’informations concernant le danger en question, de quel ordre et quel degré de dangerosité il était question, mais parfois les animaux ne nous en disent pas trop pour nous préserver.

La pauvre Célia, était à présent prise de sérieux doutes quant à la décision de partir ou pas…

Elle m’a avoué plus tard que par acquis de conscience, elle refit une communication avec une autre communicatrice, qui lui indiqua la même chose. Plus de doutes, ce n’était décidément pas des « coincidences ».

Ayant déjà tout réservé, elle finit par se dire « tant pis, on ne peut pas annuler, allons-y !» tout en ne sachant pas ce qui les attendait là-bas, elle et son compagnon.

Je l’ai rencontrée plusieurs mois plus tard, où là elle m’a raconté qu’elle n’était finalement pas partie… (!)

Elle s’est pourtant rendue à l’aéroport, et même jusqu’à la salle d’embarquement, où là, juste avant d’embarquer…. elle fit une crise de tachycardie ! Incroyable… Du coup elle a dû être évacuée en urgence et n’a pas pu prendre ce fameux vol. Quel signe fort !

Dieu seul sait ce qui se serait passé si elle était finalement partie… et Dieu seul sait si elle a fait cette crise pour s’empêcher inconsciemment de partir, suite à l’angoisse générée par cette information, ou si son inconscient connaissant le danger réel l’en a finalement empêchée, ou encore si l’univers s’est chargé lui-même de l’empêcher de partir…

Moralité : nos animaux ont des connaissances bien au-delà de nos propres perceptions, alors s’ils vous avertissent, ne le prenez pas à la légère, il y a sûrement une bonne raison.

Faites-leur confiance, ils ont toujours raison.

Merci à eux de nous aimer de façon inconditionnelle et de toujours veiller sur nous <3

J’aime les animaux… oui mais comment ?

16 novembre 2016

J’aime les animaux, mais j’en mange certains.

J’aime les animaux mais je porte des vêtements fabriqués à base de matières animales : fourrure, laine, cachemire, poils de chats, de lapins, etc…

J’aime les animaux, mais je porte leur peau sur mes chaussures et mes sacs…

J’aime les animaux mais je mange des produits issus de leur exploitation (lait, œufs, miel)

J’aime les animaux mais j’adore les voir dépérir, prisonniers dans un aquarium, une cage ou même dans des bassins trop petits…

J’aime les animaux mais j’aime les voir nous divertir sous la contrainte, esclaves modernes et sans défense. Ca me fait rire ou sourire, mais certainement pas eux…

J’aime les animaux mais j’utilise des produits testés sur eux (souris, chats, chiens, singes, etc…)

J’aime les animaux mais lorsque les miens ne me conviennent plus (trop grands, trop petits, trop méchants, trop ceci ou pas assez cela…) je préfère m’en débarasser comme un cadeau de Noël que je ramène à la boutique…

Si vous vous retrouvez dans au moins une de ses affirmations, alors posez-vous la question :

J’aime les animaux, oui mais COMMENT ? Est-ce que je les aime pour moi ou pour eux ?

Qu’est-ce que je fais au quotidien pour contribuer à leur bien-être ?

Est-ce que je me mets souvent à leur place ?

Pourquoi est-ce que je vais aimer, protéger et en choyer certains et être complètement indifférent à la souffrance que je cautionne pour d’autres en les mangeant ou en les « portant ».

Et si je remplaçais le mot « animaux » par « enfants » est-ce que les affirmations ci-dessus me choqueraient ?

« J’aime les enfants mais j’en mange certains »

« J’aime les enfants mais je porte leur peau sur mes chaussures et mes sacs »

« J’aime les enfants et j’adore aller les observer enfermés, le dimanche après midi en famille »…etc, etc.

Alors oui je sais les humains ne sont pas cannibales (enfin pas tous), et ça peut choquer, mais moi ça me fait le même effet que s’il y avait le mot « enfants »…

Car les animaux sont comme nous (puisque je le rappelle nous sommes aussi des animaux) : ils ont une âme, une conscience, des émotions, une sensibilité et surtout l’innocence des enfants…

Je m’interroge alors : comment aimer les animaux et vivre avec autants de paradoxes et de contradictions ?

J’ai moi aussi connu ce paradoxe, alors je ne jette pas la pierre… mais voilà, un jour j’ai eu LE déclic, je me suis questionnée et j’ai réalisé à quel point finalement j’ai pu être en contraction avec ce que je pensais être « aimer les animaux ».

Car aimer les animaux, c’est LES AIMER TOUS, ne pas faire de différences entre un chien ou un chat que l’on va choyer et un agneau ou une vache que l’on va envoyer à l’abattoir.

Aimer les animaux, c’est les respecter en tant qu’INDIVIDUS à part entière, c’est réaliser qu’ils sont TOUS intelligents et sensibles.

Alors pourquoi faire la différence ? Il a d’ailleurs été prouvé que par exemple un cochon a une intelligence supérieure à celle d’un chien, maintenant tout le monde (ou presque) le sait, mais les vaches, les moutons et autres poules ont aussi la leur. Et puis ça veut dire quoi de classer les animaux en fonction de leur capital sympathie et de leur intelligence pour décider s’ils seront dignes ou pas d’être aimés, ou seront exploités et consommés?

Sous prétexte que nous sommes « au sommet de la chaine alimentaire » pouvons-nous nous donner le droit de les exploiter, de les priver d’une vie d’animal libre, de les maltraiter et de les tuer pour notre simple plaisir gustatif ? Surtout lorsque nous savons qu’il y a une MULTITUDE d’aliments d’origine non animale à consommer ? (car non les végatariens, végétaliens et vegans ne mangent pas que de l’herbe et des cailloux… 🙂

Aimer les animaux c’est comprendre aussi qu’ils ressentent tous la douleur, qu’ils ont tous conscience de tout ce qui se passe autour d’eux… que ce soit au sein de votre foyer avec ceux que vous avez décidé « d’aimer » ou ceux qui se trouvent aux portes de la mort après une vie de misère et de souffrance parce que je ne sais au nom de quel critère nous avons décidé qu’ils étaient destinés à cela… Pour se nourrir ? A l’époque de cro-magnon je veux bien (et encore les Hommes ne chassaient pas au début mais cueillaient;-), mais aujourd’hui, et quand on sait que nous ne mourons pas sans viande (si si), et dans quelles CONDITIONS INDIGNES et IGNOBLES nous traitons les animaux d’élevage… comme de la vulgaire marchandise…

Car le déclic c’est aussi ça : de ne plus se voiler la face : non, les animaux d’élevage ne sont pas bien traités, cela n’existe plus le petit fermier du coin qui va « aimer » ses vaches et leur donner un petit nom puis les envoyer à l’abattoir… bon la fin n’a pas changé, mais de la naissance à leur dernier souffle, pardon, leur dernier CRI de douleur dans la terreur la plus extrême, la majorité n’auront jamais vu la lumière du jour…

Aimer les animaux ce n’est pas participer et même commanditer leur massacre pour pouvoir porter fièrement de la fourrure, ou du cuir ou les mettre dans notre assiette.

Aimer les animaux ce n’est pas non plus se réjouir de leur emprisonnement, de leur esclavage et c’est déjà être conscient qu’ils sont prisonniers et qu’ils n’ont pas choisi d’être là à faire les clowns pour nous divertir ou à tourner en rond dans une cage pour que nous puissions les admirer de près ou « en vrai », quitte à ce qu’ils en soient malheureux toute leur vie.

Aimer les animaux c’est ouvrir les yeux et les consciences et ne pas participer à tout ça…

Comment peut-on aimer les animaux et participer à tout ça ?

Je vous invite tous à y réfléchir.

Car oui il y a d’autres solutions, d’autres façons de considérer les animaux et une énorme réflexion à se faire sur la place que nous leur donnons dans notre vie, dans la société, et sur Terre.

Ce sont des Terriens tout comme nous, la Terre ne nous appartient pas, nous avons tendance à l’oublier…

Combien d’entre nous se posent la question en mangeant : d’où vient ce que je mange et comment « cela » a t-il été produit ?

Ex : d’où vient ce steak, et comment a-t-il été produit ?

D’où vient le lait de cette délicieuse crème brûlée (ou glacée), ce bon fromage, etc… ?

D’où viennent ces œufs (même si c’est écrit sur l’emballage, on n’explique pas le reste) et comment ont-ils été produits ?

Toutes ces questions, ce sont les questions que tout individu devrait se poser et surtout ne pas croire ce que l’on aimerait nous faire croire pour nous donner bonne conscience et nous faire consommer bien évidemment…

Ces questions ce sont tout simplement celles qui mènent au fameux DECLIC.

Ce sont celles que ce sont posées ceux que l’on nomme « végétariens », « végétaliens » ou « vegans ». Et oui ces « gens-là » sont tout simplement des personnes qui ont eu une PRISE DE CONSCIENCE suite à ce questionnement, ni plus ni moins, et non pas des marginaux, extrémistes ou je ne sais quoi…

Il faut arrêter de se voiler la face et d’inverser les rôles.

Ouvrons les yeux et les conciences.

Renseignez-vous, questionnez-vous…

J’aime les animaux… oui, mais comment ?

Dans un prochain article, je me ferai un plaisir de vous faire quelques révélations (pas pour tous Dieu merci, nous sommes de plus en plus nombreux à avoir ouvert les yeux!) au sujet de ce que nous avons dans nos assiettes.

Alors bonne réflexion et BON DECLIC à tous 😉

Animalement vôtre,

Khadija

Nouveau ! Atelier Mots et Maux d’animaux

15 octobre 2016

Depuis que je fais de la communication animale et des soins énergétiques pour les animaux, j’ai bien souvent des personnes qui font appel à moi parce que leur compagnon a soudain (ou depuis longtemps) des troubles du comportement, ou des traumatismes (qu’ils soient physiques ou psychologiques).

La communication animale et les soins agissent beaucoup en aval, pour comprendre et réparer, une fois la problématique installée ou que la difficulté a fait son apparition. (Bien sûr, la communication animale peut aussi agir en amont pour préparer l’animal à un événement, un changement, une opération, etc…. mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui 😉 )

Dans bien des cas, les animaux souffrent non pas de ne pas être aimés, mais de ne pas être COMPRIS.

Compris dans ce qu’ils ressentent, ce qu’ils vivent, compris dans leurs besoins physiologiques et psychiques pour être « bien dans leurs papattes » !

Parfois, il suffirait juste d’avoir les bons gestes et les bonnes connaissances pour retrouver enfin l’harmonie.

J’ai donc décidé de créer cet atelier dans le but d’agir en AMONT et vous donner tous les outils nécessaires au bien-être de votre compagnon.

Car comme on dit « Mieux vaut prévenir que guérir ».

J’ai donc le plaisir de vous proposer mon nouvel atelier « Mots et Maux d’animaux » qui a pour objectif de mieux connaître et comprendre votre animal pour mieux en prendre soin.

Lors d’une après-midi conviviale, je vous donnerai les clés pour :

  • décrypter le langage des animaux
  • prévenir le mal-être de votre animal (physique ou psychologique) en connaissant ses besoins
  • comprendre ce que l’animal perçoit
  • avoir les bonnes pratiques éducatives pour assurer son épanouissement (et votre sérénité 😉
  • avoir des outils pour le soigner naturellement
  • réfléchir sur la relation Homme/Animal : la place de l’animal dans votre vie et dans notre société

Vous venez d’adopter ou projetez d’adopter un animal ?

Vous avez déjà des animaux mais ne comprenez pas toujours ce qui leur conviendrait, ce qu’il faut faire ou comment les aider?

Vous avez des animaux et souhaitez approfondir vos connaissances, en savoir plus sur la relation qui vous lie, et connaitre leur univers ?

Votre animal (et vous) ne supportez plus d’aller régulièrement chez le vétérinaire et recherchez des solutions alternatives ou complémentaires plus naturelles ?

Cet atelier est fait pour vous. Et je serai ravie de partager ce moment avec vous !

Je vous attends nombreux le dimanche 6 novembre 2016, au Centre L’olivier, 85 rue des Oliviers à Puyricard.

Dans une salle conviviale et au calme, nous passerons une après-midi ensemble à partir de 14h jusqu’à 17h30 environ.

Tarif : 50 €. Parking gratuit devant le centre.

Inscriptions à : connexionanimale@gmail.com

Attention ! places limitées.

Animalement vôtre,

Khadija

 

 

Khadija

 

La communication animale qu’est ce que c’est ?

16 septembre 2016
communication animale

Voilà je me lance dans une vidéo brève mais explicative qui vous donnera peut être une meilleure idée de ce qu’est la communication animale.

Bien sûr c’est un vaste sujet et je ne vous donne ici qu’un aperçu, mais j’espère avoir l’opportunité de faire d’autres vidéos pour vous expliquer bien d’autres aspects.

N’oublions pas que les animaux ont une conscience, et donc une âme, un esprit.

Le massacre des dauphins à Taiji : Ne restons plus spectateurs ! J’ai une proposition inédite

9 septembre 2016

Le massacre des dauphins à Taiji : Ne restons plus spectateurs ! J’ai une proposition inédite

Lisez jusqu’au bout svp (au risque de passer pour une « originale » mais j’assume !)

 

Depuis des décennies se perpétue un véritable massacre au Japon dans la baie de Taiji, où des centaines de dauphins y sont rabattus tous les jours, durant des mois, de septembre à mars, pour y être massacrés et consommés (alors qu’il a été prouvé que leur viande contient du mercure) ou revendus pour des centaines de milliers d’euros aux parcs marins et autres delphinariums du monde afin de les ravitailler en sang neuf. Un business très lucratif sous couvert de « tradition » donc.

Des milliers de dauphins et autres globicéphales sont torturés vivants et tués devant leur famille, leurs petits, leur pod, et meurent dans d’atroces souffrances et d’une longue agonie, le tout bien évidemment en étant parfaitement conscients et sentients de tout ce qui se passe.

Les plus « chanceux » de ce massacre seront épargnés mais emprisonnés à vie dans des bassins minuscules pour satisfaire notre plaisir purement égoïste de voir ces merveilles de près nous « divertir »… Des innocents condamnés à la prison et à la servitude à perpétuité.

Ce massacre d’une cruauté sans nom, se perpétue tous les ans, alors que depuis des années, sur place de nombreuses associations telles que «Dolphin Project » présidée par Ric O’Barry (ancien dresseur de « Flipper le dauphin » repenti) se battent au quotidien au péril de leur vie, pour faire circuler des images, mais restent hélas impuissants car cernés par les autorités japonaises prêtes à les embarquer à la moindre tentative de sauvetage. Au moins maintenant les gens savent. Vous savez.

Bref, si vous voulez en savoir plus, il y a de nombreux articles à ce sujet, et un excellent documentaire nommé « The Cove » qui nous montre tout ce qui se passe et l’envers du décor que je vous recommande vivement de voir.

Oui mais que faire pour changer ça ?

Après avoir pleuré, crié, milité, signé des pétitions, contacté Ric mais vite constaté que si je me rendais sur place je ne pourrais rester là à regarder sans commettre un crime …, essayé de sensibiliser la population, … j’ai une nouvelle proposition de solution à vous faire, car oui VOUS pouvez y participer et cela ne vous coûtera rien, si ce n’est quelques minutes par jour de votre temps.

Comme vous le savez, je pratique le Reiki et la communication animale, et je me suis toujours demandé comment faire pour PREVENIR LES DAUPHINS et les empêcher de se rendre dans ce secteur et au large des côtes japonaises.

Leur faire une communication animale s’avère compliqué car il faut identifier et localiser les destinataires du message, donc pas évident, mais c’est en cours…

Avec le Reiki, il est possible d’envoyer de l’énergie à une situation. Depuis la reprise des massacres le 1er septembre dernier, j’ai décidé d’envoyer de l’énergie Reiki aux dauphins en leur demandant de s’éloigner du Japon. J’utilise l’énergie, associée à une intention, formulée sous forme d’affirmation positive.

C’est là que vous intervenez :

Pour ceux qui pratiquent déjà du reiki, il suffirait juste de vous associer à cet envoi car plus il y aura de monde qui envoie et plus il y aura un impact.

Et si vous ne pratiquez pas le Reiki ? voilà ce que vous pouvez faire : de l’affirmation positive associée à votre intention.

Avez-vous déjà entendu parler du pouvoir de l’intention ? Ou de la loi de l’attraction ?

Bon l’idée est un peu la même ici, sauf que l’on ne va pas s’en servir pour notre petite personne, mais pour protéger les dauphins de cette barbarie.

Donc le principe est simple :

Se recueillir chaque jour quelques minutes (quand vous le pouvez, au réveil ou le soir avant de vous coucher par exemple, je n’impose pas d’heure car je ne veux pas que cela devienne une contrainte et personne n’a les mêmes disponibilités), en répétant (à voix haute ou dans votre tête) ou en écrivant sur un cahier, l’affirmation positive suivante mot pour mot (c’est important) :

TOUS LES DAUPHINS S’ELOIGNENT DU JAPON ET DE LA BAIE DE TAIJI, ECHAPPENT AUX PECHEURS ET VIVENT HEUREUX ET LIBRES , pour le plus grand bien de l’Univers.

Il est important de garder si possible cette affirmation mot pour mot, car elle doit être sans négation, ni mot péjoratif, au présent, courte et suffisamment précise, j’ai donc étudié soigneusement chaque mot.

Les affirmations positives fonctionnent et ont un impact si elles sont justes (si cela ne nuit à personne ni à l’Univers), et surtout s’il y a la bonne intention avec, c’est-à-dire si vous êtes convaincus que cela marche et que ça va arriver !

Si vous visualisez en même temps, il faut visualiser le résultat recherché donc les imaginer nageant libres et heureux et effacer de votre esprit les images sanglantes du massacre.

Lorsque de nombreuses personnes envoient la même intention, elles vont créer un égrégore positif (énergie collective) qui aidera à la réalisation de cette intention.

Il faut donc Y CROIRE et y mettre l’intention que cela va se réaliser (pour ceux qui n’y croient pas, votre lecture s’arrête donc là …;-)

Pour ceux qui connaissent le pouvoir de l’intention et des affirmations positives, je vous invite à participer à cette expérience, qui ne vous coûtera rien et permettra CERTAINEMENT de sauver des vies.

Si beaucoup d’entre vous se joignent à l’aventure, je proposerai par la suite, le même principe pour d’autres causes animales, il y en a tellement (corridas, cirques, vivisection, abattoirs, abandons, massacres des chiens, braconnage, déforestation, etc, etc… la liste est très longue hélas)

Si vous croyez à l’effet colibri (chacun fait sa part avec ses moyens, une goutte + une goutte = un océan), cela peut marcher !

Chaque contribution compte. Venez nombreux vous joindre à moi !

Merci par avance à tous ceux qui auront eu le courage de lire jusqu’au bout, et de se joindre à cette proposition complètement folle mais j’y crois dur comme fer 😉

Animalement vôtre,

Khadija

Maïko le chat qui (re)venait de loin …

8 août 2016

Depuis que je fais de la communication animale, je partage au quotidien des histoires aussi touchantes les unes que les autres, celle-ci en fait partie, et c’est pour des belles histoires comme celle-là que j’adore mon métier passion et que je suis heureuse de venir en aide aux animaux et leurs gardiens.

Maiko est un magnifique chaton aujourd’hui qui a eu beaucoup de chance, car il vient et revient de loin…c’est peu dire ! Il est issu d’un sauvetage en Guadeloupe et a débarqué en France grâce à l’association C comme Chat dans le Gard.

J’ai été en contact avec lui la première fois pour lui faire un soin énergétique, suite à la demande de Yael Saucerotte présidente de l’association.

Nous collaborons souvent ensemble pour apporter de l’aide et mieux comprendre ses petits protégés issus de sauvetages, avec des communications et/ou des soins.

Lorsque Yael m’a contactée, c’était pour un chaton de 3 mois nommé Sherkan, qui était dans un état critique : il se laissait mourir, mangeait peu et avait une diarrhée qui perdurait depuis plusieurs jours. Il était frêle et amaigri, et « couinait » quand les copains voulaient jouer avec lui.

 J’ai procédé à des soins énergétiques à distance qui lui ont permis de remanger et de stopper la diarrhée.

Je lui ai également fait une communication pour comprendre pourquoi il était dans cet état.

Verdict : il avait mal au ventre parce qu’il avait peur. Peur d’être abandonné (ne dit-on pas « la peur au ventre »?) Il était paniqué et ne savait pas ce qu’il faisait là. Je lui ai donc expliqué qu’il était là le temps d’aller mieux et qu’on lui trouve une famille qui saura l’aimer.

Yael voulait savoir également s’il aimait son nom, et il m’a spontanément donné le nom de Maïko.

Du coup il a été rebaptisé ainsi.

Il arrive que les animaux n’aiment pas le nom qu’on leur a donné. Cela arrive soit parce que c’est un nom commun associé à quelque chose qu’ils n’aiment pas ou ne leur correspond pas (par ex. bandit ou voyou), soit parce que cela ne résonne pas en eux.

Lorsque j’ai effectué un bilan énergétique, le pauvre loulou avait le chakra du cœur complètement fermé: il était dans l’incapacité de s’ouvrir aux autres, de donner et de recevoir de l’amour, d’être en paix et d’avoir confiance.

Il m’a fallu beaucoup de temps pour le rétablir, et même si je me doutais qu’il avait dû souffir puisqu’il était issu d’un sauvetage, j’ai pensé à ce moment là que ce petit bout avait dû vivre quelque chose de terrible pour que son chakra du cœur soit dans cet état.

Yael ne m’avait rien dit sur son histoire, et j’ai pour habitude de ne pas demander trop d’informations pour ne pas être influencée dans mes communications.

Lorsque j’en ai parlé avec elle, très émue, elle s’est mise à pleurer, et m’a expliqué que ce petit bout avait vécu enfermé dans un carton depuis sa naissance jusqu’à ses 2 mois ! (au moment du sauvetage). Waouh !

Peu après cette communication et les soins, Maïko va mieux, il s’ouvre et réclame de l’attention. Physiquement, malgré la teigne et le coryza, il va mieux. Yael m’a fait part du fait qu’il était soudain devenu très proche d’elle, à la recherche de câlins et de caresses, ce qu’il ne faisait jamais avant.

Quelques temps plus tard, il semblait aller mieux et était presque prêt pour l’adoption.

Yael lui avait trouvé la famille parfaite. Oui mais… parfaite pour qui ? Comment savoir si ce que nous décidons pour eux (selon nos critères) leur convient vraiment ? Même si nous pensons bien faire, parfois ils voient les choses différemment. Ce fut le cas avec Maïko.

Lorsque des adoptants sont venus le voir, Maïko, devenu très sociable, les fuit. Il esquive même les caresses. Quelques jours plus tard, son poil redevient terne, puis il recommence à rester dans son coin.

Yael me rappelle et je refais une communication avec Maïko, qui recommençait à avoir la diarrhée.

Il me dit qu’il a encore le « ventre qui gargouille », et lorsque je lui apprends qu’il va être adopté, il réagit immédiatement en me disant « oh non ! Je ne veux pas partir ! »

Je lui explique que c’est pour son bien et qu’il va être heureux, mais il insiste en m’expliquant qu’il souhaite rester avec Yael. Il me dit de demander à Yael de le garder, et ne veut pas entendre parler de la nouvelle famille !

Et là je m’aperçois qu’il veut rester pour elle : « elle a besoin de moi, je ne peux pas la laisser ».

Il avait mal au ventre car il avait déjà compris ce qui se passait, il savait que Yael cherchait à le placer dans une famille et cela l’angoissait.

Lorsque j’ai eu Yael au téléphone, elle me dit à un moment dans la conversation qu’elle est angoissée et a mal au ventre….(!) 

Le petit Maïko avait ressenti son angoisse et surtout compris qu’ils allaient être séparés !

Il s’avère qu’aucun des deux ne voulait être séparé de l’autre.

Maïko a ressenti aussi que Yael avait besoin de lui, comme lui avait besoin d’elle. Manifestement ils se complétaient.

J’ai refait une autre communication avec lui pour lui réexpliquer la situation et être sûre que c’était bien ce qu’il voulait. Il me redit qu’il a peur d’être abandonné (adopté signifie pour lui un nouveau changement qu’il associe à un abandon de la part de Yael).

Je lui réexplique qu’il ne sera pas abandonné, que l’on peut faire un essai sur quelques jours et qu’il pourra revenir s’il n’est pas bien. Je lui dit que sa nouvelle famille l’aime déjà et l’attend. Il ne veut rien entendre, c’est un refus catégorique. Il aime Yael et veut rester près d’elle, il a besoin d’elle et elle a besoin de lui.

A la demande de Maïko, et après mûre réflexion, Yael a donc annulé l’adoption, même si elle avait peur de faire une erreur… son but étant de le placer pour qu’il soit heureux.

Mais comment pourrait-elle lui imposer de partir alors qu’elle a eu la chance de pouvoir lui demander son avis et qu’il refuse? Compte tenu de son passé, cela valait-il la peine de prendre le risque qu’il se laisse mourir à nouveau ?

Yael m’a expliqué qu’après avoir annulé l’adoption de Maïko, des adoptants sont venus lui rendre visite pour un autre chat, et Maiko s’est mis à cracher et à souffler… il pensait qu’ils venaient pour lui et que Yael n’avait pas respecté son engagement.

Lorsque Yael lui a confirmé qu’elle le gardait et que ces gens ne venaient pas pour lui, tout est rentré dans l’ordre ! Et Yael m’a confirmé que son poil était redevenu doux et soyeux ! Elle n’en revenait pas !

Il s’avère que Maiko a adopté Yael comme étant sa famille, et même s’il savait qu’il pouvait vivre ailleurs avec une autre famille, il ne le souhaitait pas. Pourquoi ? Parce qu’il y a un lien très fort qui les unit, et aussi un effet miroir entre Yael et lui : il a besoin d’elle autant qu’elle avait besoin de lui, sans oser se l’avouer. Lorsque Yael était angoissée et avait mal au ventre, lui aussi. Il absorbait toutes ses émotions et comprenait tout ce qui se passait (les animaux captent nos intentions).

Il l’avait choisie et il est certainement là pour une raison précise.

Ce sont toujours eux qui nous choissisent et pas l’inverse comme on pourrait le croire.

Quelques mois plus tard, Maïko a bien grandi et est devenu un magnifique chaton, aux côtés de Yael qui a pris si bien soin de lui et lui voue un amour infini, se sentant si proche de lui. Elle reconnaît même qu’elle avait effectivement besoin de lui…

C’est une magnifique histoire qui nous montre à quel point ce qui nous paraît « juste » et bien, ne l’est pas forcément pour eux… Eux seuls savent auprès de qui ils veulent vivre. C’est le cœur qui s’exprime au-delà de la raison… Ce sont toujours eux qui nous choisissent, pour des raisons dont nous n’avons pas toujours conscience.

Bien sûr il ne faut pas non plus généraliser en pensant que tous les chats en famille d’accueil souhaitent y rester… chaque cas est unique !

Je vous souhaite une belle et longue vie ensemble! Et un énorme merci pour le travail qu’effectue chaque jour Yael et l’association « C comme chat » dans le Gard pour venir en aide aux chats des rues et aux chats abandonnés. Merci également à toutes les familles d’accueil qui ont la générosité de leur offrir un foyer aimant en attendant leur vraie famille (enfin… s’ils le veulent bien!).

Si vous aussi vous souhaitez sauver une vie et adopter un de ses protégés, n’hésitez pas à visiter sa page :

https://www.facebook.com/Association-C-Comme-Chat-609435272425546/?fref=ts

Et voici une vidéo de lui, le changement est époustouflant !

Nouveau ! offre spéciale départ en vacances d’été « partir serein avec ou sans mon animal » !

24 juin 2016

Nouveau ! offre spéciale départ en vacances d’été « partir serein avec ou sans mon animal » !

Ca y est ! Le soleil est là (enfin pour la plupart d’entre nous!) et les vacances approchent à grands pas !

Qui dit vacances, dit repos, farniente, balades, et souvent … voyage, ou location, enfin bref, on bouge, on met les voiles, on a envie de changer d’air, on PART.

Sauf, qu’on n’est pas toujours au complet….

Même s’il existe des solutions, et qu’il est tout de même préférable qu’il profite avec vous des joies du farniente…, tout le monde n’a pas la chance de pouvoir emmener son animal de compagnie en vacances (surtout s’il faut prendre l’avion, par exemple). Cela devient compliqué, et bon nombre optent pour la solution de le confier à quelqu’un durant le temps des vacances (qui est plus long qu’un weekend…)

Si vous faites partie de ceux-là, et quelle qu’en soit la raison, vous êtes-vous déjà demandé comment votre compagnon vivait ce changement ?

Alors oui peut être qu’il est avec une personne qu’il connait, me direz-vous. Mais cela ne change rien au fait qu’il ne sait pas pourquoi vous le laissez…. ou pire, il pourra penser que vous l’abandonnez (surtout s’il a déjà connu l’abandon…).

Avec la communication animale, vous avez la possibilité d’expliquer tout cela à votre petit protégé : de lui dire que vous allez vous absenter quelques temps, et que vous ne l’abandonnez pas pour autant, de lui expliquer où et avec qui il sera pendant ce temps !

Deuxième cas de figure : vous craquez devant sa petite bouille irrésistible qui essaie de vous attendrir, genre ça :

2f777730bbd2769cda88192e17b6b742_large

ou ça :

puppy-dog-eyes

bref, impossible de résister… vous vous dites que ça va être compliqué de l’emmener (mais tellement marrant!), vous bravez toutes les objections de ceux qui vous disent de le laisser, ou tout simplement vous adorez votre loulou et vous êtes inséparables, après tout c’est un membre de la famille, bref vous l’emmenez (super !), sauf que… vous allez justement prendre l’avion ou tout autre transport qui risque de le stresser… ou bien il s’agit d’un chat qui n’aime pas la voiture (ce ne sera pas le premier ! ahaha!) et surtout qui ne va pas retrouver ses habitudes dans ce nouvel environnement (les chats préfèrent quand même rester sur leur territoire, contrairement aux toutous qui eux nous suivraient au bout du monde!) pour lui éviter de s’angoisser, vous pouvez aussi le prévenir du départ, et lui expliquer où vous allez, et pourquoi.

Voilà pourquoi, à l’approche des vacances, je vous propose un tarif spécial pour que vous n’oubliez pas de les prévenir !

Car même si les animaux sentent que vous allez partir, ils ne comprennent pas forcément pourquoi vous les laissez !

Alors quand vous ferez votre fameuse check list (si possible avant le jour du départ !) cela donnera à peu près ça :

Vos valises sont prêtes (vous avez même réussi à les fermer avec l’aide du popotin de…. chut! on ne citera pas de nom!), votre passeport est dans le sac (et toujours valide de préférence), vos billets d’avion dans votre main (attention à ne pas les poser quand vous prendrez vos clés…), l’anti-venin et la crème solaire dans la trousse de toilette, bref tout est là, mais… vous n’avez rien oublié ? Ah si ! prévenir Médor* de notre voyage (qu’il en fasse partie ou pas!). Oups … eh oui, il mérite au moins ça ! (*prénom à titre d’exemple, non contractuel! lol)

Pour cela, je vous propose le tarif spécial « partir serein » : une communication animale au tarif de 30 € au lieu de 40 (soit 25 % de réduction) 

Cette offre concerne uniquement les communications avec votre compagnon pour :

  • prévenir d’un départ en vacances et lui expliquer qu’il va être gardé par quelqu’un, ou qu’il va aller en pension, ou qu’il aura de la visite, etc, en votre absence.
  • prévenir d’un déplacement ou d’un long voyage, d’un changement de lieu avec vous, qui risquent de le stresser

NB: Si vous avez plusieurs animaux, j’appliquerai les forfaits avantageux et dégressifs 🙂

Si vous avez plusieurs questions, ou autre sujets à aborder lors de la communication, dans ce cas, le tarif normal sera appliqué.

Alors n’attendez plus, c’est déjà assez difficile pour eux de ne plus vous voir, alors au moins prenez vos responsabilités et évitez-leur bien des questionnements et des angoisses 🙂 comme ça tout le monde sera SEREIN en mode VACANCES !

N’hésitez à me contacter ICI pour une consultation 😉

Animalement vôtre,

Khadija